Benoit Duvette est un artiste pluridisciplaine Lillois, passé par l’espace Pasolini de Valenciennes pour présenter Fugue en 2017/2018, il revient avec un premier album musical et visuel produit par le Collectif des routes, les Fausses Cicatrices, dont les clips ont été tournés en Hauts-de-France.

En juillet dernier, le réalisateur Benoît Duvette et son équipe ont posé leur caméra pour le court métrage Ruines dans la forêt domaniale Raismes Saint-Amand-les-Eaux Wallers.

Cinq chansons, cinq clips tournés sur les routes des Hauts de France.

L’artiste a co-composé cinq titres à partir de textes qu’il avait écrits, à la clef un clip pour chacun. « Les Fausses Cicatrices  cherchent à créer une porosité forte entre les disciplines artistiques que sont l’écriture, la musique, la vidéo», note-t-il. Présenté par Le Collectif des Routes, ce premier EP de Benoit Duvette, a été réalisé en collaboration avec Baptiste Legros, Eliott Pradot, Camille Graule.

Extraction, Ivrogne, Rouge, Les Fausses Cicatrices et Flammes ont été tournés en Région Hauts-de-France, « respectivement à Zuydcoote, en studio, dans une voiture, au musée d’Histoire Naturelle de Lille, sur les terrils de Loos-en-Gohelle», explique Benoit Duvette avant d’ajouter « nous avons commencé les tournages au musée d’Histoire Naturelle. J’avais envie de projeter une histoire dans ce lieu que je visitais beaucoup lorsque je suis arrivé à Lille. Je me sens proche des thématiques et de l’ambiance qui s’en dégage. Pour les autres lieux, j’ai cherché des endroits qui me semblaient à la fois familiers et à la fois étrangers. Nous sommes tous passés à proximité des éoliennes, mais nous nous en approchons rarement, car elles sont dans des endroits un peu reculés. Nordistes, nous connaissons les terrils, mais je n’avais jusque là jamais gravi l’un d’entre eux… La confrontation avec l’espace est un moment très important dans la construction et la réalisation de mes projets cinématographiques. Il était important pour moi de réussir à croiser la matière musicale avec la matière vidéo. Avec Camille Graule, nous avons cherché, dans le tournage et les montages à respecter les chansons individuellement, mais aussi à construire une certaine narration globale. »

Diffusion des cinq clips en projection en avant-première.

L’artiste commente « les clips ont été diffusés en avant -première le 11 octobre lors d’une soirée à l’Hybride, à Lille, dans l’ordre des titres de l’album, puis, courant octobre, nous les publierons sur You Tube et les réseaux sociaux. Actuellement, le clip Les Fausses Cicatrices (éponyme du projet) est déjà visible sur YouTube. »

Les origines du projet.

« Pour la création de ce projet, j’ai puisé dans des textes que j’avais écrits il y a quelques années, nous avons ensuite travaillé avec Baptiste Legros sur la partie musicale : composition et chant. Le projet est né de la création d’une musique de générique pour mon premier court métrage Le Corps des Anges que j’ai réalisé en 2014 (adapté du roman de Mathieu Riboulet – durée30 minutes), fruit d’une collaboration avec Baptiste Legros», détaille Benoit Duvette, qui après des études de musique, s’est tourné vers le cinéma et le spectacle vivant. Jack The Ripper, Matt Eliott, Scott Matthews, Nils Frahms ou encore Fauve et Barbara sont autant d’influences que revendiquent la partie musicale du projet.

Et ce titre « les fausses cicatrices » ?

« Le titre renvoie à la thématique du corps, des plaies et de ce que l’on enferme à l’intérieur de soi, thématiques que j’aime explorer dans mon travail artistique (Fugue, Le Corps des Anges). La question de l’artefact est en lien avec les histoires que l’on se raconte, les doutes et les fantasmes. » 

Céline Druart Beaufort

Infos pratiques.  http://collectifdesroutes.fr/actu -https://www.facebook.com/collectifdesroutes/

Publié par Celine Druart le 14 octobre 2018
Benoit Duvette Le collectif des routes Les fausses cicatrices
Les Fausses Cicatrices, le premier EP de Benoit Duvette.
Facebook Twitter Linkedin